Avant d'aller dormir de S. J. Watson

Titre : Avant d'aller dormir
Auteur : S. J. Watson
Genre : Roman, Thriller
Éditeur : Sonatine EditionsAvant d'aller dormir de S. J. Watson
Parution : 2011 - 410 pages
ISBN :
978-2-35584-065-4

Résumé :
À la suite d'un accident survenu une vingtaine d'années plus tôt, Christine est aujourd'hui affectée d'un cas très rare d'amnésie : chaque matin, elle se réveille en croyant être une jeune femme célibataire ayant la vie devant elle, avant de découvrir qu'elle a en fait 47 ans et qu'elle est mariée depuis vingt ans. Son dernier espoir réside dans son nouveau médecin, Ed Nash. Celui-ci lui a conseillé de tenir un journal intime afin qu'elle puisse se souvenir de ce qui lui arrive au quotidien et ainsi reconstituer peu à peu son existence. Quand elle commence à constater de curieuses incohérences entre son journal, ce que lui dit son entourage et ses rares souvenirs, Christine est loin de se douter dans quel engrenage elle va basculer. Très vite elle va devoir remettre en question ses rares certitudes afin de faire la vérité sur son passé... et sur son présent.

Auteur :
Steve "S. J." Watson est un auteur londonien de thriller, né 1971 à Stourbridge. Il fait des études en physique à Birmingham. Il s'installe ensuite à Londres et travaille dans le milieu hospitalier comme spécialiste en audiologie, diagnostiquant et traitant surtout la surdité. Il commence à écrire pendant ses temps libres. En 2011, il publie son premier roman, "Avant d'aller dormir" qui rencontre un succès international. Avec ce roman, il est lauréat du New Blood Dagger Award 2011 et du prix SNCF du polar 2012. Il est adapté en 2014 pour un film réalisé par Rowan Joffé, avec Nicole Kidman et Colin Firth.

Ses œuvres: "Avant d'aller dormir" (2011) - "Une autre vie" (2015) 




Je dois avouer que lorsqu'on m'a offert ce livre, il m’avait vraiment intrigué car j'en avais eu de très bons retours. Mais le thriller n'était pas mon genre de prédilection, en lisant la quatrième de couverture, j'ai rapidement eu la crainte de découvrir un récit qui tournerait en rond après quelques pages. Il est alors resté longtemps dans ma pile à lire (une bêtise !!!). Ayant besoin de changement de genre, il était temps de l'ouvrir et j'en ai été agréablement surprise. Watson nous livre un roman sombre où l'héroïne mène un long chemin dans les tréfonds de sa mémoire à la recherche de la reconstitution de son passé et de ce qui pourrait ressembler à une vie. L’écriture de l’auteur est agréable à lire et fluide. L'histoire est bien ficelée et assez captivante, la tension allant crescendo au fil des pages. L’intrigue est vraiment bien menée et pendant tout le long du livre, on voit l’évolution dans le personnage et dans les informations. L'auteur joue avec le lecteur comme avec son héroïne, on se demande souvent où il veut en venir. La narration étant à la 1ere personne, on s’attache énormément à Christine et on est comme elle, tout aussi amnésique sur ce qui s’est passé et on découvre peu à peu son histoire. On lit en même temps qu’elle ce qui lui est arrivé. Chaque matin, tout comme Christine, nous vivons ce "replay" de tous les jours. On remet tout en place, on essaie de reconstruire son puzzle pour ainsi former quelque chose de cohérent qui ait un sens pour elle afin qu'elle puisse un jour se reconstruire. De ce fait, certains passages sont parfois redondant mais souvent pour avancer bien plus dans son histoire. On découvre avec elle les révélations découvertes au fil des jours, les secrets bien cachés qu'elle n'aurait pas dû deviner, les souvenirs bien enfouis qui remonteront gentiment à la surface, quitte à faire mal. Les questions fusent. On mène l'enquête également, avide de savoir, nous aussi, ce qui a bien pu arriver à cette chère Christine. On cherche à découvrir son passé, soupçonnant en même temps qu'elle, la manipulation de son entourage.
Ce livre divisé en trois parties, certains chapitres plus longs que d'autres, se lit aisément et sans aucun problème. Ce n'est pas un rythme effréné d'action qui nous captive et nous tient en haleine, mais une montée progressive d'un questionnement liés à toutes ces incohérences entre discours et réalité. J''avoue avoir eu du mal à le lâcher et ai été surprise par la rapidité à laquelle j’ai pu lire ce roman.


 Citations :
« Mon nom est Christine Lucas. J'ai quarante-sept ans. Je suis amnésique. Je suis assise ici, sur ce lit inconnu, en train d'écrire mon histoire, vêtue d'une nuisette en soie que l'homme qui se trouve au rez-de-chaussée - qui me dit être mon mari, et s'appeler Ben - m'a apparemment achetée pour mon quarante-sixième anniversaire. La pièce est plongée dans le silence et la seule lumière est celle de la lampe posée sur la table de nuit, une douce lueur orangée. J'ai l'impression de flotter, suspendue dans un nuage de lumière. »  
Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires